Prisonnier matricule 08

2eme stage avec Madame, 6 heures qui n’ont duré qu’un instant ou je me suis abandonné a son bon vouloir. Madame a su, au fil des positions, disposer, imposer, caresser, cravacher, cajoler, envoûter. Tantôt une voix, tantôt un parfum, tantôt un toucher sensuel, tantôt une main plus ferme. A tout moment une présence, un pouvoir, une supériorité naturelle qui réduit le forçat au statuts d’objet, de rien, goûtant a l’ivresse du simple plaisir d’être le jouet de Madame. Encore merci pour ce moment.
 
Matricule 8