Prisonnier matricule 27

Une porte entrouverte, un regard aigu, inquisiteur m’inspecte et m’évalue. Par geste, ordre m’est donné de baiser ses bottes. Pas une parole superflue, une voix douce mais à l’autorité implacable, prégnante. Le cérémonial préparatoire, inquiétant et humiliant, n’attend pas : confiscation des vêtements, montre et lunettes puis vérification attentive et experte de la cage de chasteté mise sur ordre lors de la convocation. Sans délai une cagoule m’aveugle et me plonge dans l’obscurité totale ; bracelets-menottes enserrent fermement mes poignets et chevilles ; un collier complète ces contraintes. Silence impressionnant, pas un mot superflu, la tension monte inexorablement. En quelques instants, je suis vraiment devenu captif et ai basculé dans un univers de silence et d’obscurité, de contrainte punitive intense. « tu es le forçat N° 27, tu n’es plus rien, ton nom est 27, un jouet, l’objet de mon pouvoir et de mon plaisir » Aveuglé, les poignets entravés, la démarche hésitante et maladroite, résigné, je suis, pardon, « 27 » est alors trainé par cette austère Geôlière jusqu’au cachot. Avec une application méticuleuse et experte, Elle procède à l’installation de « 27 » dans une position très contraignante ; le cliquetis des chaines, longuement installées avec exigence est ensorcelant, et aboutit à une immobilisation stricte ; entraves et contentions sont vérifiées, aucun mouvement possible ; en complément de ce bondage sévère, s’ajoute brusquement la pose de pinces qui écrasent et mordent douloureusement les tétons. Je ne suis plus que « 27 » enchainé, résigné et désormais sous l’emprise totale de sa Geôlière, abandonné, à sa merci.
Abandonné ? En fait non, car bien que ne pouvant pas la voir et ne l’entendant jamais s’approcher, sa présence invisible est obsédante. Est- elle dans la pièce ? Impossible à savoir. Par surprise elle vient brusquement s’assurer de la résignation de « 27 », de la dureté de la contrainte, tout en restant très vigilante sur la tolérance à cette cruelle contrainte punitive. Alternativement encourageante ou menaçante, avec perfidie Elle suggère aussi l’abandon, le renoncement à ces tourments, faisant de « 27 » un reclus consentant. Hors du temps, « 27 » ne sait combien de temps va durer chaque épreuve. L’attente anxieuse de son retour est impatiente ; elle est aussi redoutée car la certitude est évidente que la suite ne sera ni plus facile, ni moins intense. « 27 » ne l’entend jamais arriver, ce sont quelques coups de cravache sur les seins qui m’informent cette fois, subitement et cruellement, de ce retour. Paroles vexatoires et humiliantes, murmurées, quelques gifles ou coups de pied sont distribués toujours par surprise, déstabilisants, mais sans réelle sévérité, d’avantage un symbole de son pouvoir sur son captif.
Qui est-elle vraiment ? Madame est une authentique Maitresse Dominatrice originale et passionnée, la seule à décider de la durée et de la sévérité de cette séquestration. Selon ses caprices malicieux, sa véritable expertise et avec son imagination perverse, les positions et immobilisations vont se succéder, toujours très strictes, parfois très humiliantes, selon son bon vouloir. Enfin l’heure de la libération arrive. Je reste surpris que trois heures se soient écoulées ! Légèrement ankylosé, je suis délivré des entraves et de la cagoule ; le retour de la lumière m’éblouit ; ma Geôlière me félicite pour mon endurance et ma ténacité. Madame, aussi mystérieuse qu’inaccessible, me congédie rapidement. Merci Madame pour cette parenthèse intense, ce magnifique voyage dans l’obscurité de mes fantasmes. Forçat N° 27 en liberté provisoire. En attente d’un nouvel enfermement. Plus long, plus punitif, plus sévère ? C’est Vous qui déciderez …

 

Accueil » Prisonnier matricule 27

enfermement.com : + 18 ans

Le caractère strictement BDSM de cet espace est réservé à un public majeur et averti, il est conforme à toutes les réglementations françaises. Vous devez être majeur pour entrer sur le site enfermement.com, le site explorant l’univers du bondage et de l’enfermement BDSM…

J’ai lu attentivement les paragraphes ci-dessus et je signe électroniquement mon accord avec ce qui précède en cliquant sur le bouton + de 18 ans.