Prisonnier matricule 66

Par où commencer … Je n’ai pas pu fermer l’œil de la nuit la veille de ma venue chez Madame.
Tellement perturber que le matin j’ai même perdu mon chemin.
Les instructions en tête je n’avais qu’une hâte servir Madame.
Une fois arriver, la porte s’entre ouvre et se referme derrière moi.
Je découvre ma magnifique geôlière que je ne rêverais plus. 
Elle m’amène dans sa pièce des sévisses.
Tout de suite attacher dans l’impossibilité de bouger, je n’ai plus aucun sens il n’est impossible de prédire ce qui va m’arriver, fessés, coups dans les parties et les autres délices que Madame m’offre.
Le tout dans un mélange de fermeté et de douceur, qui désoriente encore plus qu’il n’est possible.
Une heure dans cette position, une heure totalement à la merci de Madame.
Dans une nouvelle position, elle me met les pinces aux qu’elles je ne résiste pas du tout.
je reste à nouveau une heure dans cette nouvelle position à subir toute ses envies.
Avant de changer ma position une dernière fois, pour me retrouver debout attacher face au mur.
Jusqu’à la fin de la séance.
Elle m’asséner une dernière gifle sur le pat de la porte en guise d’au-revoir.
Bien que libéré physiquement, je suis toujours sous sont emprises.
Trois heures qui sont passé tellement vite.
Trois heures de bonheur.
Je n’ai plus en tête que d’être à nouveau sous sont emprises.

Mille merci Madame.